Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 18:56

Situation géographique :

Mines et recherches d’antimoine (stibine) (1838-1909), département de Haute-Corse (2B). Cette concession minière d’une superficie de 222 hectares environs et s’étend sur le territoire de la commune d’Ersa, elle a été institué par le décret du 9 aout 1851. Accès : On atteint l'ancienne exploitation minière d'antimoine en venant de Macinaggio ou bien de Centuri par la route « dite » de la Giraglia. Cette route fait le tour du Cap Corse. La mine se trouve sur le territoire de la commune d'Ersa, à 32 kilomètres au Nord de Bastia. On peut accéder aux anciennes installations à partir du village de Granaggiolo. Proche du gisement de Castagnone se trouve l’église Sant'Andréa. Carte IGN 1/25000ème Cap Corse 4347 OT ; Carte Géologique 1/50000ème Bastia              

Aperçu historique :

Avec le 19ème siècle et développement industriel naissant de nombreux minerais seront utilisés, l’antimoine étant un élément nécessaire, la recherche s’étendra d’une manière beaucoup plus importante afin de découvrir les meilleurs filons.

Il semblerait, conformément a la tradition orale que le gisement d’antimoine d’Ersa serait un des plus anciens cité dans le Cap Corse. Ce minéral était déjà signalé par les gens de la région, qui s’en servait à faire du troc. Un ingénieur Français prospectant dans le pays en 1771 affirme avoir découvert une minéralisation près du village de Granaggiolo. A une époque plus récente les premiers indices de stibine auraient été redécouverts vers 1835, à cette date, les principaux travaux de recherches furent entrepris dans le secteur de Castagnone. Lors d’une visite en Corse en 1820, l’ingénieur des mines Gueymard déclare avoir vu de nombreux travaux ainsi que la présence de 5 puits à Castagnone et Granaggiolo. A partir de l’année 1838, des travaux de recherches sont réalisés à proximité des concessionnaires, dans les quartiers de Granaggiolo, Sainte-Marie et Castagnone. Durant cette période de recherches, entre 1838 et 1851, près de 800 tonnes de minerai d'une richesse moyenne de 50% sont extraites et vendues à Marseille. Le manque de moyen et une dissension entre concessionnaires réduisent les travaux à une petite exploitation qui sera même arrêtée pendant plus de 15 ans. A partir de 1857, une seule personne devient concessionnaire de la mine. Jusqu'en 1863, une exploitation à Sainte-Marie et Granaggiolo permet de produire environ 600 tonnes. En 1878 c'est une société anglaise, qui reprend les travaux après une entente avec le concessionnaire. En 1889, la concession est amodiée à la Société d'exploitation des Mines d'Ersa, dont les actionnaires sont des notables bastiais que l'on retrouve également à Meria. La mine d'Ersa connaît une exploitation discontinue en fonction fluctuation boursière de l’antimoine. Elle est effective durant les années : 1880-1884, 1893-1902, 1908, 1911,1915-1918. Elle ferme définitivement en 1919.

Description des travaux :

Type : Filon de quartz à sulfures Sb et minéraux connexes

La mine d'Ersa se compose de deux filons de directions divergentes.

Localisation Lambert 4 - Corse : Le gite de Guadicello (filon Sainte Marie) « X : 0574.05 - Y : 4299.800 – Z 280 » serait orienté N 60° O.

Localisation Lambert 4 - Corse : Le gisement de Granaggiolo (Filon de Castagnone) « X : 0574.600 – Y : 4299.800 – Z 180 », ainsi que plusieurs traçages de grattages et points d'attaques sur plusieurs affleurements. Les galeries et puits sont, pour la partie reconnue, foudroyés ou écroulés et donc inaccessibles.

Le gisement de Granaggiolo ou Castagnone (filon de), situé à 150 mètres à l'Ouest des maisons de Granaggiolo présente une puissance de minéralisation de plus d'un mètre, exempt d'impuretés. Selon les enquêtes effectuées par les ingénieurs des a l’époque la stibine serait d’une qualité exceptionnelle, et s’élèverait à 50 % ce qui en fait un minerai très riche.

Mais son exploitation dans le quartz est malaisé, un filon guère étendu et l’arrivée d'eau importante, rend difficile l'extraction. En 1884, un ingénieur des mines visitant le site constatait que l'exploitation se faisait par deux puits, un de 10 mètres dit "Giuria" (qui sera poussé au siècle suivant à 30 mètres), et un autre de 44 mètres et 3 mètres de côté, dit "Castagnone", desservent par des travers-bancs 3 niveaux de galeries orientées Nord/Ouest. Le dépouillement du gîte se faisait par la méthode en gradins droits. L'exploitation connaissait des problèmes d'eau envahissant les chantiers des deuxième et troisième étages. Devant la faiblesse des moyens d'assèchement, les responsables projetaient d’implanter une machinerie à vapeur adéquat à faire fonctionner un jeu de pompes capables d'absorber 10 000 à 15 000 litres d'eau à l’heure. Les vestiges du bâtiment ou se trouvait les machineries se contemple en contrebas de la petite route menant à l'église Sant’Andréa, celui-ci étant en plan rectangulaire, d'environ 24m par 8m, apparemment l'édifice a été construit en plusieurs étapes. Il est longé au Nord par une galerie de roulage.

Le filon de Guadicello se trouve à quelques mètres à l'Ouest du précédent et s'organise en deux secteurs : le gisement Galland et un peu plus à l'Ouest celui de Sainte-Marie. Le gisement Galland: les travaux se composent de deux niveaux, le premier niveau un travers-banc de 630 mètres de long et un puits d'extraction dit « Galland » de 67 mètres ouvrent au jour et communiquent avec cinq niveaux de galeries d'une longueur totale de 2200 mètres. Au deuxième niveau une galerie rejoint à l'Est le puits Giuria et les anciens travaux de Castagnone. En 1881 et 1883, Galland et Duranteau font installer deux machines à vapeur à Ersa de 3 et 5 chevaux.

Gisement Sainte-Marie : le filon apparaît dans le fossé de la route qui va de Granaggiolo à Barcaggio, au-dessus de la chapelle Sainte-Marie. On rencontre quatre galeries qui débouchent à flanc de coteau d'une longueur totale d'environ 800 mètres de profondeur. Ces travaux avaient été réalisés par les premiers concessionnaires jusqu'en 1863 et auraient produit environ 30 tonnes de minerai à 50 %. D'autres sites ont fait l'objet de recherches, notamment le filon dit Saint-André entre 1885-1886 avec le fonçage d'un puits de 10 mètres de longueur, ainsi qu’un travers-banc de 13 mètres et deux galeries de 85 et 23 mètres.

Le filon dit « Fioracce » se trouve face à l'église de Granaggiolo. En 1893, les concessionnaires remarquent des travaux anciens et décident d'ouvrir un travers-banc de 70 mètres de long qui recoupe quatre filonnets. Ces recherches permettent d'extraire environ 200 kg de minerai.

La production totale de l'ensemble des travaux de recherches et d’exploitation de la mine d'Ersa est estimée à 4000 tonnes de minerai à 50 %. L’exploitation de la mine cesse en 1901 et la concession est finalement suspendue en 1920

Minéraux :

A : Stibine - Calcite –

AF : Stibiconite – Arsenopyrite

F : Quartz- Calcédoine

PF : Cinabre

R : Berthierite

Partager cet article
Repost0

commentaires

Liliane 21/07/2011 20:35


Bonjour,
Amusant la coïncidence ! C'est en cherchant des infos pour mon futur voyage en Corse que je suis tombée sur votre blog.
Il est super, c'est une mine (excusez ce jeu de mot facile) de renseignements !
Mais vous dites qu'il est en construction...mais plus rien depuis 2009...abandonné alors?
A bientôt pour notre salon
Bien cordialement
Liliane


JPP 22/07/2011 06:50



Bonjour, oui!!!! je n'ai pas eu le temps tellement de choses a faire, que souvent le temps m'est compté, mais dès que je peux....je reprends la suite a bientôt a la bourse